Présentation de Campus Plein Sud

Campus Plein Sud est un projet de sensibilisation et d’éducation au développement initié en octobre 2002 par la plupart des universités francophones de Belgique et plusieurs ONG actives en leur sein.

La communauté universitaire, actrice de changement

La communauté universitaire est aujourd’hui confrontée à une multiplicité d’informations sur les pays du Sud, informations qui passent souvent par les médias et qui donnent, en général, une image assez misérabiliste ou exotique du Sud.

Intégrer le thème des relations Nord-Sud et de l’interdépendance permet de répondre à cette problématique par une approche transversale des différentes thématiques et sphères d’apprentissage.

Enfin, les décisions en faveur d’un monde plus solidaire devraient se prendre au sein des hautes instances politiques, économiques et sociales. Les étudiants, formés par l’université et bientôt invités à entrer dans la société sont les futurs «décideurs » de demain. Il est crucial qu’ils développent une vision plus globale et interdépendante du monde dans lequel ils vivent.

L’objectif de Campus Plein Sud est double

• Informer la communauté universitaire des réalités complexes du Sud et des interdépendances Nord-Sud afin qu’elle puisse s’investir dans la construction d’une société plus solidaire.

• Tisser des liens plus étroits entre les universités, les partenaires et les autres acteurs de la solidarité Nord-Sud (ONG, collectivités locales, organismes régionaux, syndicats, associations culturelles…).

Qu’est-ce que l’éducation au développement ?

Campus Plein Sud s’insère dans la démarche d’éducation au développement menée au quotidien par de nombreuses ONG et associations. L’éducation au développement privilégie un certain nombre d’objectifs indissociables :

1. faire connaître et faire comprendre l’Autre, perçu à la fois comme différent, par son univers culturel, mais aussi comme semblable par ses droits et ses devoirs.

2. faire prendre conscience de l’interdépendance Nord Sud : Où que nous vivions, nous sommes tous reliés aux autres parties d’un système.

3. faire comprendre les mécanismes qui engendrent dysfonctionnements, pauvreté, exclusion sociale, conflits armés…

4. former le jugement en s’appliquant à percevoir à la fois la singularité de sa culture et l’existence d’un patrimoine commun de l’humanité.

5. faire comprendre que tout individu, comme citoyen, peut agir dans son espace de citoyenneté pour faire évoluer des situations et que cette action est d’autant plus efficace qu’elle est collective et organisée.

Laisser un commentaire